Les émotions : un mouvement d'information


L’émotion est mouvement, mouvement d’information. Une information c’est quoi ? Quelque chose à la fois vide de sens et les contenants tous, comme la lumière blanche est sans couleur et les contient toutes.

Quel but poursuit l'information ? Celui d’informer : à la fois être sans forme ("in" privatif) et contenir une infinité de formes en potentiel. L’information va donc mettre ou permettre une forme dans la matière ; cette forme sera à un moment ou un autre ré-informée, c'est à dire remise en cause par une nouvelle information, puis une autre, puis une autre, etc. infiniment.

Pour autant, chacune de ces formes aura marqué la matière de son empreinte et par son énergie ; elle aura laissé une mémoire (de forme !). Autrement dit, elle aura fait un pli dans le linge, pli qui repassé x fois s’estompera tout en y maintenant –plus ou moins– une trace. La tendance du pli, son karma, c’est de se maintenir ou de se reprendre, le premier pli en particulier.

Pour que la matière prenne forme, il convient qu’existe en elle au moins un point de résonance à la vibration qui la traverse. Sans ce point, point de forme. Puis, vierge ou nouvellement informée par ce ou ces points, l’onde de forme (informationnelle) poursuivra son chemin jusqu’à peut-être rencontrer de nouveaux points de résonance, plus loin, plus tard, dans d’autres lieux, d’autres temps, en nous ou ailleurs...

Il y a comme cela une infinité d’informations qui poursuivent leur chemin, jusqu’au jour où elles résonnent en nous, en notre matière, grâce (ou à cause) d’un point de résonance en soi, ces points engendrant de nouvelles vibrations, de nouvelles informations, et de nouvelles formes…

Est-ce que la première forme prise par la matière va influer sur toutes les formes venant après elle ? Il me semble que oui, et les effets dépendront du contenu de l’information et de la densité de la matière elle-même. Est-ce un bien ou un mal ? Les deux mon capitaine ! À chacun d’expérimenter cette question. Tous les plis dans la matière augurent d’une certaine fragilité et aussi d’une certaine malléabilité ; il y a toujours une force, une énergie en potentiel ! Seul ou accompagné, tous avons la possibilité de découvrir son potentiel.

Toutes les émotions (informations en mouvement) sont une énergie captable par chacun de nous, par nos sens communs et singuliers. Elles vont en nous créer des formes différentes en fonction de l’interaction entre leur contenu informationnel et la densité de la matière qu’elles rencontrent. Les traces laissées seront plus ou moins importantes dans la trame de nos tissus organiques. Quoiqu’il en soit, ces traces ou résonances seront mémorisées, plus ou moins profondément. Et ces mémoires, elles-mêmes des informations plus ou moins figées et toujours en mouvement (avec à minima la mémoire du mouvement), auront tendance à continuer leur écoulement (comme l’eau : voir le lien entre l’émotion et l’élément « eau »). Elles garderont leur faculté à remonter à la surface, comme la source dans un dédale de pierres, de terre et de creux, en proximités successives…

Seul différeront en chacun de nous les effets, fonction de nos points de résonance eux-mêmes toujours changeant, mobiles et modulables. De là, des sentiments et des ressentis différents en chacun.

Les émotions ne sont pas plus chez moi que chez l’autre ; on se les partage et çà c’est la magie de nos mondes informant et formant notre monde, notre bien commun ! C’est ce qui permet l’humanité, c’est ce qui est notre terre, notre humus (humanité, humain, humus, humilité : même racine).

Pas plus que la terre n’a de sens (le pôle nord en haut et le pôle sud en bas n’est que simple convention), la colère, la tristesse, la joie, toutes les émotions n’ont pas de sens non plus. Et à la fois, elles ont en chacune d'elle un potentiel infini de possibilités de sens (sentiments), sens qu’on voudra –bien involontairement– leur donner et leur faire porter.

Comme la terre, les émotions n’appartiennent à personne et en même temps appartiennent à tout le monde. Les laisser être vibration d’information contenant une infinité de potentiels de formes, une infinité de sens propres à chacun me semble être le mieux que l’on puisse faire ; laisser vivre les expériences.

Dire « la colère, la tristesse ou la joie, est la mienne », n’est-ce pas un abus de pouvoir (abus certes illusoire mais qui prend forme dans la matière par ses effets perforateurs !) ? Laisser la colère, la tristesse et la joie à l'humanité toute entière, c'est faciliter pour chacun sa prise de responsabilité en la matière. Vivre les émotions libres et partagées par tous, c'est laisser la liberté à chacun d'en faire ce qu'il en fait (sans orgueil : sans culpabiliser ni se culpabiliser).

Alors, possiblement, quelques questions peuvent venir : À quels sentiments je tiens ? À quels ressentis je m’accroche…? Et laisser libre cours à de nouvelles vibrations, de nouveaux mouvements d’informations, de nouvelles émotions.


Recent Posts

Stay Up-To-Date with New Posts

Search By Tags

Pas encore de mots-clés.
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon

© 2018 by Lionel Drouvin. Mentions légales